Handel Delirio Natalie Dessay

Notes and Editorial Reviews



HANDEL Delirio amoroso. Aci, Galatea e Polifemo: Qui l’augel da pianta in pianta. Mi palpita il cor • Natalie Dessay (sop); Emmanuelle Haïm (hpd); dir; Le Concert d’Astrée (period instruments) • VIRGIN 32624 (62:02)


Brian Robins’s review comment in Fanfare 29:3, “Those less concerned with Handelian style will doubtless enjoy the disc more than I have,” uttered after essentiallyRead more castigating this release, captures my feeling very well. For I feel it an error to always judge performances of Handel by what we think we know he is intending. Robins calls for an “idiomatic” approach in music that has, at the very least, redefined “idiomatic” for the last hundred years. While it is true that many of the tempos here are slower than the current norm, I also think that Emmanuelle Haïm, avoiding any sense of the doctrinaire, wishes first and foremost to take every advantage of her solo instrument at hand, namely one Natalie Dessay.


Delirio amoroso is one of Handel’s major cantatas, and is here given a performance worthy of all accolades. One thing that I always try to think of first and foremost in any performance is how good is the singing, and here it is rarified indeed. No doubt that Dessay takes some liberties, but the voice is in such great shape and so utterly entrancing that all other concerns fall away, at least for me. Perhaps it is because I am not a fervent periodist that other issues seem more pedantic; but it is also a testament to the period movement that we have come so far as to begin to put musical questions above doctrine or even what we believe is shackled to a current concept of musical style and think first of beauty of expression and communicativeness of idiom.


Haïm’s continuo playing is supportive and completely within Handelian parameters of any age, while the wonderful oboe playing, soft and pliant, of Patrick Beaugiraud must also be mentioned. The other two works are equally persuasive, and this is one disc that really doesn’t see a lot of shelf life, coming down at least once a month in order to rejuvenate the spirit and cleanse the ears. If you love rapturous singing in this most lyrical of all Baroque composers, you will have to have this deserved Hall of Fame cantata recording.


FANFARE: Steven E. Ritter


This new recording of a pair of early Handel cantatas and a lengthy aria from the composer's Aci, Galatea e Polifemo (an early serenata not to be confused with his later Acis and Galatea) brings together the remarkable French soprano Natalie Dessay and equally French and remarkable harpsichordist/conductor Emmanuelle Haïm. The former, perhaps better known as a bel canto soprano who is the world's finest Zerbinetta, here enters the realm of Baroque music; since surgery for nodes on her vocal chords a while back she has been looking to leave the above-high-C realm and has developed a new richness at the lower end of her voice. The sound is still beautiful, the technique still astonishing--breath control, diminuendos, messa di voce, sense of rhythm, ease with even the fastest and trickiest fiorature, legato line--all come easily to Dessay. The CD's finest 11 minutes are those devoted to the aria from Aci: a bird flying about reminds the singer of his own loneliness, and solo oboe and violin are prominent. The voice sits high and light; Dessay sings softly and with remarkable warmth, and her interplay with the two instrumentalists is truly great music making. She and Haïm think as one.

The two cantatas are concerned with love either lost or realized, and Dessay and Haïm imbue them with grace and virtuosity in equal parts. Dessay's high notes no longer have the gleam they used to, but that gleam has been replaced with even greater sensitivity to the sculpting of the vocal line, and the listener never feels robbed. What the listener does miss in this recital is incisive diction and a true sense of drama; while the music is being well-served, a certain theatrical abandon is gone. Is this conscious? Were the two women looking for a mellow, chamber-like, understated approach? It's hard to tell. This is not to deter fans of the singer, conductor, or composer, since the music probably has never sounded more ravishing--but I can't help feeling that an unnecessary restraint has been placed on the whole undertaking for the sake of "art".

--Robert Levine, ClassicsToday.com
Read less

Works on This Recording

Customer Reviews

Be the first to review this title

Review This Title

1.

Da quel giorno fatale, HWV 99 "Il delirio amoroso"by George Frideric Handel
Performer:  Natalie Dessay (Soprano), Emmanuelle Haïm (Harpsichord), Stephanie-Marie Degand (Violin),
Héloise Gaillard (Recorder), Patrick Beaugiraud (Oboe), Violaine Cochard (Harpsichord),
Violaine Cochard (Organ), Atsushi Sakai (Cello), Laura Monica Pustilnik (Lute)
Conductor:  Emmanuelle Haïm
Orchestra/Ensemble:  Le Concert d'Astrée
Period: Baroque 
Written: circa 1707-1710; Italy 
Length: 36 Minutes 46 Secs. 
Language: Italian 
Notes: Les Dominicains de Haute Alsace, Guebwiller, France (06/17/2005 - 07/03/2005); L'Eglise du Bon Secours, Paris, France (08/29/2005 - 08/30/2005) 

2.

Mi palpita il cor, HWV 132by George Frideric Handel
Performer:  Patrick Beaugiraud (Oboe), Violaine Cochard (Harpsichord), Laura Monica Pustilnik (Lute),
Emmanuelle Haïm (Harpsichord), Atsushi Sakai (Cello), Violaine Cochard (Organ),
Natalie Dessay (Soprano)
Conductor:  Emmanuelle Haïm
Orchestra/Ensemble:  Le Concert d'Astrée
Period: Baroque 
Written: circa 1707-1710; Italy 
Length: 13 Minutes 51 Secs. 
Language: Italian 
Notes: Les Dominicains de Haute Alsace, Guebwiller, France (06/17/2005 - 07/03/2005); L'Eglise du Bon Secours, Paris, France (08/29/2005 - 08/30/2005) 

3.

Sorgi il dì, HWV 72 "Aci, Galatea, e Polifemo": Qui, L'augel de piantaby George Frideric Handel
Performer:  Natalie Dessay (Soprano), Stephanie-Marie Degand (Violin), Patrick Beaugiraud (Oboe)
Conductor:  Emmanuelle Haïm
Orchestra/Ensemble:  Le Concert d'Astrée
Period: Baroque 
Written: 1708; Italy 
Length: 11 Minutes 0 Secs. 
Language: Italian 
Notes: Les Dominicains de Haute Alsace, Guebwiller, France (06/17/2005 - 07/03/2005); L'Eglise du Bon Secours, Paris, France (08/29/2005 - 08/30/2005) 

DELIRIO

Georg-Friedrich HAENDEL (1685-1759)

Delirio amoroso HWV 99
Qui l'augel da pianta in pianta (aria de Aci, Galatea e Polifemo HWV 72)
Mi palpita il cor HWV 132b

Natalie Dessay, soprano
LE CONCERT D'ASTREE
Emmanuelle Haïm, direction & clavecin

1 CD Virgin, 0946 332624 2 3


Dessay en majesté, Haïm en... difficultés
 

L'étrange album que voici ! L'irritant album aussi ! Le singulier casse-tête enfin ! Reprenons les données du problème : un programme proposant deux cantates romaines de Haendel déjà relativement enregistrées ; un(e) chef et un orchestre qui ont déjà prouvé de belles affinités avec le répertoire du caro sassone (un superbe album de duos arcadiens et un magistral Aci e Galatea) ; une chanteuse enfin, cerise sur le gâteau qui, sans être une habituée du compositeur, a gagné des galons bien mérités en Morgana dans l'Alcina de Christie. Bref, autant d'ingrédients apparemment réconfortants.

De fait, l'orchestre est magnifique, la direction d'un professionnalisme irréprochable, le chant au zénith. Alors ? Alors cette Arcadie-ci est bien belle, bien léchée, un beau tableau de l'Albane, ce que l'on ne peut après tout pas décemment considérer comme un reproche. Rarement travail aura en effet objectivement donné autant de sujets de satisfactions. Car qui peut se targuer d'avoir aujourd'hui un si bel orchestre, si gorgé de couleurs, si lumineux, si pictural en fait, si symphonique oserais-je dire ? Combien de chanteuses, aussi, peuvent afficher un timbre si insolemment assuré, et liquide, et même simplement sain ?

Natalie Dessay s'écoute-t-elle beaucoup chanter qu'on ne peut que la comprendre. Car elle semble bien, passées les incertitudes cruelles sur lesquelles nous ne reviendrons pas, avoir atteint une forme d'acmé de son art, ce délicat équilibre, cette plénitude, cette osmose entre l'art et l'organe dont elle semblait jusque-là toujours autant toucher les limites que les repousser. Vocalisatrice admirable (plage 3 du Delirio) elle l'est cependant davantage en intuitive de génie qu'en technicienne accomplie (plage 15, Agitata è l'alma mia). Maîtresse de récitatifs éprouvants d'humanité disséquée, elle affirme dans autant d'arias diverses des qualités dont l'énoncé n'avait peut-être jamais paru aussi clair. Prenons l'exemple de l'air d'Aci, plage 13. Voilà onze minutes où les données d'espace et de temps n'ont jamais paru si relatives. Dessay témoigne d'une conduite impeccable de la ligne de chant, presque abstraite et mieux encore, d'une souplesse de liane dans l'affetto. La justesse est tirée au cordeau, les sons filés enivrent, les aigus sont ductiles, solaires, le son généralement diapré, nimbé de dégradés subtils, au coma près. Voilà une voix qui a magistralement mûri, assise sur un medium cossu ; une voix chaleureuse, mais d'une chaleur moite ; une voix opalescente, insaisissable (voir la section centrale de l'air Un pensiero voli in ciel du Delirio, plage 3).

Mais quand Emmanuelle Haïm s'écoute diriger, là, force est de reconnaître que l'on reste plus dubitatif. On excuse Natalie Dessay parce qu'elle transforme l'essai de l'hédonisme... Certes Haïm a pourtant bien des raisons d'être fière d'elle. Fière d'avoir hissé sa phalange au niveau des meilleurs et cela par un sens infaillible de l'accompagnement, de la coloration de la ligne mélodique. C'est encore une fois le cas ici, ne serait-ce que pour un Aci poussé plus loin encore que précédemment, en intégrale, dans le sens d'une finesse de touche, d'estompe, de miroitement, de frémissement. C'est toujours le cas, aussi, de récitatifs menés de main de maître, d'une griffe de lionne de nature à inspirer le fabuleux travail de Dessay. Pourra-t-on même seulement reprocher à Haïm d'arracher un peu complaisamment un morceau d'éternité à la flûte tendre et lunaire d'Héloïse Gaillard (plage 7) ou au violon virtuosissime de Stéphanie Marin-Degand (plage 3) ? Non bien sûr...

Mais que les poses adoptées par la chef sont lassantes, convenues. Et que l'introduction du Delirio est tristement métronomique, sur articulée et simplement lourde de vouloir trop "exposer" la scène. Et que l'entrée (plage 9) ralentit l'action, aussi ! On en veut tellement à Haïm de donner un début de Mi palpita il cor (plages 14 à 16) si fulgurant, émacié, déchiré et déchirant (et l'on épuise vite les qualificatifs avant de rendre l'ampleur de ces deux minutes calculées au millimètre près mais si convaincantes en fait) pour laisser retomber la mayonnaise à la plage suivante dans un lamento dénervé, objectif, parfaitement chanté mais seulement chanté. On lui en veut de prendre le risque d'entraîner Dessay aux confins d'une ligne distendue que seule sa longueur de souffle sauve du naufrage, sans pouvoir pourtant soutenir l'intérêt. On lui en veut de nous laisser deviner une lecture, un monde dont il nous manque la clé, le code. On lui en veut finalement de ne nous laisser que de fabuleux trésors de musique et de musicalité quand on aurait voulu une textualité visionnaire... Et on lui en veut d'autant plus que des pans entiers de l'album (les plages 14 à 16 mais aussi la superbe aria de la plage 13) sont là pour témoigner que cette direction-ci peut des miracles qu'elle distille ici avec une parcimonie hasardeuse.

Pour Dessay il y a là une leçon à laquelle il faudra forcément se frotter... Et pour Haïm... Pour Haïm chacun est juge pour peu qu'il accepte de passer l'apathique première plage. Dans le cas contraire, il se privera tout de même de quelque chose.
  


Benoît BERGER



Commander ce CD sur  Amazon.fr
Delirio" target="_blank">

0 thoughts on “Handel Delirio Natalie Dessay”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *